Benjamin

Il est arrivé en 2019 à bord du 8MJI Silk avec un large sourire qui traduisait son envie de venir apprendre et naviguer.

Il est devenu un élément central de l’équipage, toujours attentif au bien être des autres.

Sa soif d’apprendre et de connaître poste par poste les manoeuvres du grand voilier blanc était forte. N° 2 à l’avant, il était toujours à l’écoute, questionnant chacun sur la manière d’accomplir les bons gestes et comprendre leur finalité.  Inquiet aussi, à la fin d’une phase de manœuvres, il se retournait vers les autres avec cette question qui revenait souvent, ….l’ai je bien fait ?

Elément central de l’équipage, toujours attentif au bien-être des autres, il avait initié des gestes qui touchent et rendent la vie plus belle.  Avant chaque départ en régate ou en convoyage, une fois la grand’voile hissé, il avait créé un rituel avec, pour tout l’équipage du café chaud des croissants ou chouquettes, ou pour une autre occasion, un plateau de multiples fromages et, …à nouveau les questions qui fusent,… veux tu que je le fasse?... as tu besoin de quelques chose ?

C’est un homme d’une très grande bonté et humanité qui nous a quitté brutalement et sans préavis, sur la plage avant du beau 8MJI Silk, alors que l’étrave allait s’engager sur la ligne de départ de la seconde régate de la dernière étape du Challenge Métrique à Noirmoutier.

C’est aussi et avant tout un papa et un mari. A son épouse, ses jeunes enfants, ses parents, sa famille et ses amis, nous voulons dire que dire que nous l’aimons et l’aimerons toujours pour cette amitié et ce partage sans concession qu’il a apporté à l’équipage, pour avoir soutenu un rêve, une idée, celle de naviguer et régater d’abord pour le plaisir d’être ensemble et ensuite de faire progresser le bateau.

 

Ce but que Gil, moi-même, Franck, Philippe, Rémi, Olivier, Pascale, ainsi que les équipiers d’un jour, Michel et Patrick, lors de l’étape de Bénodet, Pierre et Jean-Claude, présents à bord à Noirmourier, partagions avec Benjamin, est accompli. Nous sommes, grâce lui, devenu plus proche, plus soudés, bref un équipage qui restera unis autour de son rêve, autour de sa famille, pour que perdure l’espérance.

Benjamin, ce n’est pas un un adieu, mais un au revoir. Le vent souffle ou il veut et saura nous conduire un jour vers l’autre rive ou t’a conduit Silk, et en attendant tu seras toujours à bord avec l’équipage.

                                                                                             Olivier